Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
antihistaminique

antihistaminique

Danger et dépendance

antihistaminiques : phénothiazines

 
À partir du noyau de phénothiazine, c'est toute une série d'antihistaminiques (antiallergiques) qui ont été mis au point, comme le Phénergan, l'Antergan, etc. Ces produits présentent un effet secondaire sédatif.
 
théralène, donormyl, mépronizine, phénergan
 
»ne pas utiliser le salmeterol (Serevent), la combinaison de salmeterol avec le corticostéroïde fluticasone (Advair, Seretide en France) ou le formoterol (Foradil, Symbicort en France) pour le traitement de l’asthme. »
 
La Chlorpromazine (Largactil) sera donc le premier représentant d'une nouvelle famille de médicaments : Les Neuroleptiques.
 
Tous les antihistaminiques anciens cités dans le tableau précédent ont une activité adrénolytique a qui diminue l'effet vasoconstricteur de l'adrénaline et de la noradrénaline et un effet atropinique, appelé aussi anticholinergique
 
Ces neurones histaminergiques projettent largement dans tout le cerveau et y libèrent de l'histamine, ce qui permet, entre autres, d'obtenir un état d'éveil satisfaisant (l'histamine n'est pas indispensable à l'éveil mais y contribue fortement).
 
D’autres médicaments, dont certains ayant une structure chimique proche de celle des neuroleptiques, tels que les antihistaminiques H1, essentiellement utilisés dans le traitement de l’allergie mais, pour certains d’entre eux également dans le traitement de l’anxiété ou de l’insomnie, ne donnent guère lieu à des abus ou détournements, même s’ils posent souvent d’autres problèmes chez le sujet âgé.
 
ACEPROMAZINE ACEPROMETAZINE ALIMEMAZINE ALIMEMAZINE TARTRATE AMOXYDRAMINE CAMSILATE ANTAZOLINE CHLORHYDRATE ANTAZOLINE MESILATE ANTAZOLINE PHOSPHATE ASTEMIZOLE AZATADINE DIMALEATE AZELASTINE CHLORHYDRATE...

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article